Nigéria: la police appelle à la « destruction » des séparatistes du Biafra

0
660

À la suite de l’évasion de plus de 1 800 prisonniers, la police nigériane a ordonné aux forces de sécurité «d’utiliser leurs armes contre des membres du Mouvement des peuples autochtones du Biafra (IPOB).

Les voitures carbonisées gisent toujours devant le poste de police d’Owerri lorsque l’inspecteur général de la police, Muhammed Adamu, accompagné du gouverneur de l’État d’Imo, arrive pour constater les dégâts causés par la libération spectaculaire de la veille.

1844 détenus évadés, véhicules détruits, armes pillées dans un commissariat de police a pris d’assaut un logement du centre pénitentiaire attaqué à l’explosif: les résultats de l’attaque, considéré comme le la plus grande évasion de l’histoire nigériane moderne, est très gênant pour les autorités nigérianes.

Pour le chef de la police, sans aucun doute. le mouvement des peuples autochtones du Biafra (IPOB, Indigenous People of Biafra en anglais) est à l’origine de cette attaque. Et les mots sont durs pour l’accusé. L’inspecteur général de la police a demandé aux forces de sécurité « d’utiliser leurs armes contre les membres de l’IPOB (Peuples autochtones du Biafra) et détruire jusqu’au dernier homme

Emma Powerful, la porte-parole du groupe, a nié toute implication dans l’évasion de la prison d’Owerri, qualifiant les accusations de «fausses» et de «fausses».Ce n’est pas notre mission d’attaquer les forces de sécurité ou les prisonsEmma Powerful, leur porte-parole, a assuré dans un communiqué.

50 ans après le terrible guerre civile au Biafra (1967-1970) au cours de laquelle près d’un million de personnes sont mortes, principalement de l’ethnie Igbo, les tensions restent fortes entre les groupes séparatistes du Biafra réclamant un État indépendant dans le sud-est du Nigéria et le pouvoir central nigérian.

Milice civile ou branche armée

Bien que les autorités aient appelé la population à « continuer« et assuré de garder la situation sous contrôle, les habitants avaient peur de quitter leur domicile, en particulier par crainte de représailles de la part des autorités.

Le matériel policier et militaire a été complètement détruit et vous me demandez s’il y a une détention?« Que va-t-il se passer ensuite, demande George Onyemuwa, un résident d’un journaliste de l’AFP. »Les gens ont peur des représailles, alors je prends mon tempsavant de quitter ma maison, explique-t-il.

Damian Duruiheoma, journaliste local, dit que la peur est forte à Owerri, ainsi que dans les villes environnantes.Beaucoup craignent que les prisonniers ne ripostent contre ceux qui les ont mis en prison, et d’autres craignent des représailles«forces de sécurité contre la ville», poursuit-il.

Fin janvier, des violences avaient éclaté à Owerri entre les militaires et les communautés locales, accusées de soutenir les séparatistes, faisant au moins un mort et des dégâts importants.

L’IPOB montre toujours des tendances séparatistes et a récemment publié des vidéos très impressionnantes d’une nouvelle milice appelée Réseau de sécurité de l’Est« (ESN), dans lequel on peut voir des dizaines, voire des centaines de chasseurs en formation.

Les militants de l’IPOB disent « protéger les communautés et les villages d’éleveurs nomades peuls‘, viennent du nord du pays, se défendant contre la branche armée du mouvement indépendantiste, qui les qualifierait directement de séparatistes armés.

Lundi, le président Muhammadu Buhari, le groupe ne s’est pas identifié comme responsable de cette attaque, mais a appelé les auteurs « les terroristes« et »anarchistes

Source link

QU’EN PENSEZ-VOUS?

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Donnez votre point de vue et aboonez-vous!

[gs-fb-comments]

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre point de vue compte, donnez votre avis

[maxbutton id= »1″]