CM – Nucléaire: selon les acteurs locaux, les Français ne sont pas suffisamment préparés à un accident

0
26

« Rhôooooooooo! »

Utilisez-vous un AdBlock?! 🙂 🙂

Vous ne pouvez le désactiver que pour ce site, car les publicités maintiennent la presse en vie.

pour enregistrer mes filtres et personnaliser mon flux

Lisez l’intégralité du journal en ligne à partir de 6 h tous les jours, où que vous soyez.

S’abonner à

Je suis déjà abonné, inscrivez-vous

Centrale électrique de Fessenheim.
Photo AFP

« Dans le pays possédant la plus grande puissance nucléaire du monde en termes de population, les fonds utilisés pour protéger les Français sont insuffisants et insuffisants », a averti l’association nationale dans un rapport mardi aux comités et commissions locaux d’information (ANCCLI). .

La France possède de nombreuses centrales nucléaires: outre les 19 centrales EDF (dont la centrale de Fessenheim où les réacteurs ne fonctionnent plus), il existe des sites de retraitement comme celui d’Orano à La Hague (Manche) ou sites dédiés à la recherche.

Chaque site dispose d’une CLI qui synthétise les élus, associations, syndicats, etc. en plus des représentants de l’Etat et des opérateurs tels qu’EDF, Orano ou CEA.

Cette campagne, lancée en 2019, a concerné 2,2 millions de personnes vivant à proximité de centrales nucléaires et d’installations publiques telles que des écoles ou des entreprises.

Vous êtes dans un rayon de 10 à 20 km des centrales EDF, bien que l’audience la plus proche ait déjà été servie lors des campagnes précédentes.

« Avec un taux de panne de 75%, les résultats sont difficiles. , 2 millions de riverains touchés sont allés seulement 550 000 chercher leurs pilules en pharmacie », regrette l’ANCCLI.

Ces pilules sont toujours utiles en cas d’accident nucléaire: l’iode radioactif libéré se lie à la thyroïde, un organe qui est responsable de la régulation hormonale est indispensable.

En prenant des comprimés d’iode stable, sur les instructions des autorités, la glande thyroïde est saturée, ce qui ne peut plus capter ou fixer l’iode radioactif.

Le président de Nuclear Auth de sécurité ority (ASN), Bernard Doroszczuk, avait déjà regretté le faible taux de retrait des comprimés.

«C’était gratuit et il fallait juste bouger. Vous ne prenez aucune précaution pour vous protéger! », A-t-il fait remarquer lors d’une audition au Sénat le mois dernier.

Pour l’ANCCLI,« il faut éviter le lobbying pharmaceutique »et confier la distribution de l’iode aux 1 600 maires des communautés affectées.

Autre problème: les exercices de simulation de crise, dont la population est en fait « exclue ».

Un constat cependant « exagéré », selon un industriel nucléaire interrogé par l’AFP. « Il y a des exercices de confinement locaux et l’évacuation de groupes cibles tels que les écoles, « selon cette source.

 » Il est temps de développer une prise de conscience du risque nucléaire à la hauteur du danger qui s’est produit « , appelle l’association pour tirer les leçons de la pandémie de Covid-19 à la gestion des risques.

« Une pleine implication des habitants dans les exercices permettrait d’éviter tout mouvement de panique et limiterait considérablement les conséquences d’un accident grave », a déclaré l’ANCCLI.

Plaidoyer concrètement t multiplier les exercices réalistes avec protection et évacuation pour sensibiliser le public.

Fiez-vous aux maires et aux panneaux d’information locaux lors de la distribution de comprimés d’iode.

Ref: https://www.nicematin.com

Partagez avec vos proches

QU’EN PENSEZ-VOUS?

Donnez votre point de vue et aboonez-vous!

[gs-fb-comments]

Votre point de vue compte, donnez votre avis

[maxbutton id= »1″]




PARTAGEZ AVEC VOS PROCHES: