World news – Le préfet de police de Paris, qui fait l’objet d’une enquête pour « fausses déclarations »

0
6

Le chef de la police de Paris et les hauts magistrats feront l’objet d’une enquête pour « fausses déclarations » lors de leurs auditions devant la commission d’enquête de l’Assemblée nationale sur les obstacles à l’indépendance de la justice, a indiqué jeudi 14 janvier 2021 le parquet de Nanterre à l’Agence France. -Presse.

Outre Didier Lallement, le président de la cour d’appel de Paris Jean-Michel Hayat, le procureur général de Paris Catherine Champrenault, le procureur de Paris Rémy Heitz et l’ex-procureur général du parquet national des finances (PNF) Éliane Houlette sont concernés. Cette enquête aurait été du député LFI Ugo Bernalicis, a déclaré le parquet, confirmant les informations du journal 20 Minutes.

En septembre 2020, Ugo Bernalicis, président de la Commission de l’indépendance judiciaire, a accusé sept hauts responsables – procureurs, préfet, directeur puis un police nationale – « faux témoignage » et « parjure » devant des parlementaires.

Il a ensuite confisqué le parquet de Paris sous serment pour une série de « fausses » déclarations. La première cible est le procureur lui-même, Rémy Heitz.

Dans l’une des lettres d’Ugo Bernalicis à la justice que l’Agence France-Presse a pu consulter, le député se réfère à une note interne sur le sort des «gilets jaunes» arrêtés tandis que Rémy Heitz a assuré «Aucun document avec des instructions à (ses) collègues».

Le chef de la police parisienne Didier Lallement est accusé de ne pas avoir dit la vérité lorsqu’il a déclaré avoir eu les organisateurs de manifestations policières non autorisées en juin non « retrouvé ».

Concernant Catherine Champrenault, procureur général de Paris, et Eliane Houlette, ancienne procureure du Trésor national, Ugo Bernalicis fait des « déclarations incohérentes » sur les interventions liées à l’affaire Fillon.

« Les mensonges ont été prononcés exprès », dérive le député du Nord, président de la cour d’appel de Paris et ancien président du tribunal de Paris, Jean -Michel Hayat est également soupçonné de « parjure » pour les raisons de la nomination du juge Tournaire dans le même dossier Fillon.

Rapports sur le directeur général de la police nationale, Frédéric Veaux, et l’ancien procureur de Nice, Jean-Michel Prêtre, sont «traités» par le parquet de Paris. Les fausses déclarations sont punies d’une peine de prison de cinq ans et d’une amende de 75 000 euros.

Qui peut être surpris par les exécuteurs testamentaires d’un menteur?
Tous les acteurs et menteurs. À la fois! ;-))))

Consultez les articles de la section Justice,
Suivez les informations en temps réel et accédez à notre analyse de l’actualité.

FAQTutoriel vidéoPublicitéContactez-nousSitemapMentions légalesCharte de modération CGUCGVPolitique des cookiesArchive de la politique de confidentialité personnelle

Créez un compte pour accéder à la version numérique du magazine et à tout le contenu du point inclus dans votre fiche.

Pour ce faire, saisissez votre numéro de participant dans les paramètres de création de compte.

Ref: https://www.lepoint.fr

QU’EN PENSEZ-VOUS?

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube en cliquant ici: EBENE MEDIA TV

Vidéo du jour:

Donnez votre point de vue et aboonez-vous!

[gs-fb-comments]

Votre point de vue compte, donnez votre avis

[maxbutton id= »1″]